Les cartes postales « de guerre », reflet des imaginaires collectifs ?

A lire, une contribution de Guillaume Doizy (co-auteur de La Grande Guerre des cartes postales, Hugo-Image, 2013) sur le site de la Mission du Centenaire.

Début de l'article : "Certains objets ont peu intéressé les historiens. C’est le cas des cartes postales, pourtant omniprésentes pendant la Première Guerre mondiale : 80 000 modèles différents, 4 à 5 milliards de cartes produites et diffusées en France pendant toute la durée du conflit, plusieurs dizaines de milliards supplémentaires si l’on prend en compte l’ensemble des pays belligérants. C’est dire la popularité de ce médium, dont l’utilisation est favorisée par les autorités militaires dès les premiers jours de la Guerre.

La mobilisation générale (2 août en France) implique en effet un arrachement brutal de centaines de milliers de jeunes hommes à leur milieu social, familial et professionnel. On pense alors nécessaire d’offrir la possibilité aux soldats mobilisés de communiquer avec l’arrière. L’administration procède en conséquence dès le début du mois d’août à l’impression de cartes de correspondance militaire distribuées gratuitement aux soldats et acheminées en franchise postale vers l’arrière, les familles disposant de modèles spécifiques à tarif subventionné. La promotion de la carte postale, en plus de permettre aux êtres séparés de communiquer et de fournir des preuves de vies indispensables en temps de guerre, vise un autre objectif : celui de contrôler plus facilement le contenu des échanges postaux. Un million et demi de lettres et cartes sont acheminés chaque jour fin 1914 et le système postal – trop peu efficace - doit rapidement subir une restructuration pour faire face..."

Lire la suite...

Tag(s) : #Analyses sur la caricature

Partager cet article