Printmaking in Paris – The rage for prints at the fin de siècle

Printmaking in Paris – The rage for prints at the fin de siècle, Mercatorfonds, 184 p., ill. couleur, 48 eur.

La Belle Époque en France donne naissance à une véritable passion pour la gravure en couleur. C’est ce que rappelle ce très beau catalogue édité par le Musée Van Gogh d’Amsterdam à l’occasion d’une exposition qui s’est tenue fin 2012. L’ouvrage, dirigé par Fleur Roos Rosa de Carvalho et Marije Vellekoop, témoigne de ce goût prononcé des artistes, des dessinateurs de presse et des amateurs pour diverses techniques de gravure, qui constituent un moyen terme entre l’unicité de l’œuvre peinte ou dessinée, et la dilution produite par les impressions à très grand tirage, généralement de qualité médiocre.

On le sait, dès la fin du XIXe siècle l’image industrielle accompagne le développement de la vie économique d’abord, l’effervescence des loisirs et des tensions politiques ensuite. Si l’affiche illustrée avec sa fonctionnalité évidente envahit l’espace public, certains artistes explorent la gravure comme un mode d’expérimentation visuel nouveau capable de nourrir leurs quêtes esthétiques, en général en marge ou à l’opposé de l’Académisme. La gravure, vecteur d’illustrations jusque-là, devient une fin en soi, une œuvre, un mode d’expression artistique autonome.

L’exposition a fait suite à l’acquisition en 2000 par le Musée Van Gogh d’un fond (collection privée) important de gravures parisiennes « fin de siècle ». Et si le catalogue accorde peu de place à la satire visuelle en valorisant le travail d’artistes comme Gauguin, Rivière, Maillol, Vuillard ou Bernard, Toulouse-Lautrec, c’est sans omettre d’évoquer et de montrer les œuvres de nombre de dessinateurs connus aujourd’hui pour leurs collaborations à la presse satirique ou engagée, comme Ibels, Hermann-Paul, Steinlen, Vallotton, etc.

Le catalogue s’articule autour de quatre grandes sections chacune étant composée d’une étude thématique suivie de notices portant sur les dessinateurs dont les recherches permettent d’illustrer la question.

Textes in english, of course !

GD, septembre 2014

Tag(s) : #Comptes-rendus ouvrages