Haro sur la caricature : Le Magasin illustré, rubrique à brac de Daniel Dugne

H.Vernon est incurablement allergique aux charges. Avant de savourer ses appréciations, indiquons qu'il écrit sa chronique dans Le Magasin Illustré (1).
La numérotation des pages consultées va de 1 à 864, mais curieusement la page 1 se trouve au numéro 79. Peut-être est-ce dû au changement de format signalé aux trente mille abonnés chouchoutés. Ils ont droit en prime à une longue-vue, un microscope, une boite de compas, un thermomètre, un pistolet d'une portée de 50 mètres, deux grands foulards de la Malle des Indes, au choix bien sûr. S'ils ajoutent 4 francs, ils peuvent acquérir une lanterne magique avec 12 sujets peints sur verre ou un lampascope (lanterne perfectionnée). Avec un ajout de 16 francs, ils reçoivent une longue vue de 80 centimètres portant à un myriamètre ou une pendule en albâtre à réveil. Boris Vian aurait pu énumérer ces merveilles dans sa Complainte du Progrès.

Nous n'avons pas trouvé dans l' Histoire Générale de la Presse Française (PUF) mention de ce Magasin, rien dans le catalogue en ligne de la BNF si ce n'est une affiche Magasin Illustré suivi de Lectures Pour Tous. Ce n'est vraisemblablement pas le même Magasin qui, lui, est un hybride entre l'encyclopédie populaire illustrée et le journal d'information avec sa chronique d'actualités sur 2 à 4 colonnes, exceptionnellement 6 pour la mort de Lamartine, Berlioz n'ayant droit qu'à 4 colonnes pour son éloge funèbre.

Les articles illustrés satisfont aux goûts les plus éclectiques, vous pouvez vous initier à la pêche à la baleine. Trop gros ? la morue alors. Vous pouvez voyager du Pôle Nord à la Nouvelle-Zélande et, en passant, aller danser avec les Indiens d'Amérique, après avoir pratiqué des exercices de gymnastique japonais.
Comme le chante Brassens ceux «... qui sont nés quelque part » , peuvent se documenter sur leur Clisson ou leur Bourbonne-les-Bains.
Après l'espace, le temps : retrouvez Marius, le massacreur des Ambrons, au pied de la montagne chère à Cézanne, la future Sainte Victoire.

Les amateurs de littérature peuvent lire des inconnus comme Charles Dickens ou des auteurs immortels comme X. Marnier, Zénaïde Fleuriot ou la Vicomtesse de Bassanville ( le nom est correctement orthographié).
Les fervents de faits divers, lassés des nombreux naufrages de La Méduse peuvent palpiter avec celui du cuirassé Alexandre Newski.

Le chroniqueur se délecte à conter les allées et venues de l'Empereur, d'Eugénie et de leur petit mitron. Les têtes couronnées de toute l'Europe ont sa faveur, sans oublier la Reine de Mohély, île des Comores. Henri Rochefort, lui, est en disgrâce, ce n'est pas un lion mais « un petit roquet qui veut sortir de sa condition » . On ne peut soupçonner Vernon de républicanisme non plus que son confrère B. Chauvelot qui « refuse absolument à M.Courbet le titre d'artiste. C'est un mauvais caricaturiste, voilà tout. » Voilà tout.( 1 bis)

Dans un article signé A. Fourtier, le mot satirique est accouplé à un florilège d'épitaphes pour rire dans les cimetières, collection qui a précédé d'un bon siècle celles recueillies dans les livres en forme de cercueil (2) ou de pierre tombale (3). La Fontaine a rédigé sa propre épitaphe:

Jean s'en alla comme il était venu
Mangeant son fond après son revenu,
Croyant le bien chose peu nécessaire
Quant à son temps bien le sut partager ;
Deux parts en fit, dont il voulait passer,
L'une à dormir, l'autre à ne rien faire
une autre :

Ci-gît ma femme ! oh qu'elle est bien,
Pour son repos et pour le mien.

Qu'on ne se méprenne point, cette dernière est uniquement choisie parce qu'elle est brève, une brève de cimetière.

La page 48 est consacrée aux salons caricaturaux, et Bertall offre 9 dessins dont un sur la censure. Pour son Vingtième Siècle ( 1883) peut-être Robida s'est-il inspiré de sa « capitale fantaisiste » de Kamucha-Pounfta-ka et de son « omnibus plus lourd que l'air ».
Gustave Doré se taille la part du lion avec une trentaine de pages d'illustrations dont les 7 Voyages de Sindbad le Marin et un Conte de Noël de Dickens. Le critique B. Chauvelot apprécie Doré, le peintre : après avoir analysé le tableau Le Néophyte, il estime qu'il « est sans contredit un des meilleurs du Salon ». et que c'est un tort de trouver la figure du novice trop allongée. A-t-il vu les caricatures du tableau ?

Après avoir lu Vernon, nous ne sommes pas surpris que la caricature politique soit totalement absente du Magasin Illustré. Elle est même dénigrée comme on peut le lire ci-dessous :

A côté de ces grands et sérieux journaux, on voit pulluler une foule de feuilles qui ont pour spécialité de vulgariser (lisez enlaidir) les têtes de nos célébrités. Rien de plus hideux que les caricatures coloriées qu'elles publient... si ce n'est pourtant la rédaction qui accompagne ou suit lesdites caricatures. Les rédacteurs de ces vilains canards veulent sans doute que tout soit à l'unisson, et que la caricature de la langue aille de pair avec la charge de nos grands hommes. Ces feuilles s'appellent la Lune, la Comète, l’Éclipse, le Hanneton, le Bouffon, etc., etc.
Qui nous délivrera de ces moniteurs officieux du Laid ?
27 juin 1868

L'éducation et le peuple, la petite presse et la grande presse, la caricature sociale et la caricature politique, la beauté classique et le laid, le sérieux et le bouffon, battez les cartes (4), changez les couples, que de problématiques !

Cette charge du Magasin nous rappelle que la caricature a connu nombre de détracteurs au XIXe siècle, nourrissant un discours hostile qu'il serait passionnant d'étudier.

Notes

(1) Collection du 2 mai 1868 au 11 juillet 1869. Ne pas confondre avec Le Magasin Pittoresque, Le Magasin des Familles, Le Magasin Universel, Le Magasin d'éducation et de Récréation etc...

(1 bis) page 67

(2) Petit Dictionnaire à Mourir de Rire par Lionel Chrzanowski et Philippe Heracles. Le Cherche Midi éditeur tome I 1982 tome II 1985.Attention, les 2 cercueils ne s'ouvrent pas du même côté.

(3) A Small Book of Grave Humour edited by Fritz Spiegl 1971
(jeu de mot:grave= tombe,tombeau)

(4) on peut en ajouter d'autres.

Haro sur la caricature : Le Magasin illustré, rubrique à brac de Daniel Dugne
Haro sur la caricature : Le Magasin illustré, rubrique à brac de Daniel Dugne
Haro sur la caricature : Le Magasin illustré, rubrique à brac de Daniel Dugne
Haro sur la caricature : Le Magasin illustré, rubrique à brac de Daniel Dugne
Haro sur la caricature : Le Magasin illustré, rubrique à brac de Daniel Dugne
Haro sur la caricature : Le Magasin illustré, rubrique à brac de Daniel Dugne
Tag(s) : #Rubrique à brac

Partager cet article