Ouverture de l'exposition «Roca et Roque» au Musée de l'Humour de Buenos Aires, présentation de Jesica Cichero

Le samedi 18 Avril 2015 au midi au Musée de l'Humour de Buenos Aires a eu lieu l'inauguration de l'exposition «Roca et Roque» consacré aux caricatures de deux présidents emblématiques dans l'histoire de la République argentine caricaturés en couvertures du magazine historique «Caras y Caretas». Organisée par Rosendo Fraga avocat, analyste politique, journaliste et historien, en collaboration avec le Musée du Dessin et de Illustration (MUDI), cette exposition est constituée de diverses reproductions de couvertures illustrées de l'hebdomadaire, avec des textes qui expliquent le contexte de leur création, plus quelque dessins originaux par l'illustrateur José María Cao. Quelques éditions originales du journal permettent d'apprécier sa taille réelle de 26,5 x 18 cm. Pour mieux goûter l'exposition, il est conseillé de connaître l'histoire de ce magazine qui fait partie de la culture graphique argentine.

Caras y Caretas 1890 n°1 Uruguay

Caras y Caretas 1890 n°1 Uruguay

Caras y Caretas 1898 n1 Buenos Aires Argentina

Caras y Caretas 1898 n1 Buenos Aires Argentina

Caras y Caretas 1982

Caras y Caretas 1982

« Caras y Caretas » (Visages et masques) est un hebdomadaire humoristique et satirique généraliste qui a été lancé à Buenos Aires le 8 octobre 1898. L'Espagnol Eustaquio Pellicer (Burgos, 1859-1937) avait réalisé, avec le dessinateur Charles Schütz natif d’Alsace en France, une première publication de la revue entre 1890 et 1897 en Uruguay, tous deux y ayant des attaches personnelles. La revue se présentait alors comme un « Hebdomadaire festif ». Déjà à cette époque, la grande taille des caricatures était la caractéristique principale.

Après avoir voyagé à Buenos Aires avec son projet, Pellicer rencontre Bartolomé Mitre y Vedia, qui devient rédacteur en chef et éditeur de la revue. Ainsi, le samedi 8 octobre 1898 paraît le premier numéro argentin de Caras y Caretas sous-titré « Hebdomadaire Festif, Littéraire, Artistique et Nouvelles ». Le journal offre une grande diversité de contenus et de publicités, en s’adressant clairement à un large public. Il combine le commentaire de l’actualité à un casting unique de dessinateurs talentueux. *(1)

Caras y Caretas Uruguay - Eustaquio_Pellicer_et_Charles_Schutz

Caras y Caretas Uruguay - Eustaquio_Pellicer_et_Charles_Schutz

Sa principale caractéristique est la place particulière donnée à la caricature et l'illustration. Les images n’étaient plus, comme dans les publications précédentes, subordonnées au texte, mais constituaient le contenu principal du journal. Même les publicités étaient dessinées et colorées avec une grande maîtrise. La caricature en couleur, de grande taille sur le couverture, fait partie intégrante encore aujourd’hui dans les mémoires, de l'identité visuelle de la revue.

Cette première étape, ou plutôt seconde si on considère les premiers pas embryonnaires de l’aventure uruguayenne terminée en 1897, est la plus admirée et la plus réussie d’un point de vue iconographique. Le journal se vendait alors à 100 000 exemplaires par semaine en Argentine, qui comptait 6 millions d'habitants - et reste considéré comme le titre satirique le plus réussi en terme de qualité artistique et de contenu.

Par la suite, « Caras y Caretas » a connu trois autres versions. Une en 1952 qui a duré seulement un an sous le gouvernement du général Juan Domingo Peron, un autre sous forme de magazine mensuel de 1982 à 1984 pendant la guerre des Malouines, et enfin une en 2005 sous le sous-titre « Le Journal de la Patrie » qui se poursuit encore aujourd'hui avec une inclinaison qui diffère de la première période, étant plus axé sur la politique que sur le comique.

Caras y Caretas n2145-1952

Caras y Caretas n2145-1952

Caras y Caretas - 1982 - 4 premiers numéros

Caras y Caretas - 1982 - 4 premiers numéros

Couverture de Federico Parolo et page intérieure de Walter Davenport - Caras y Caretas 2015
Couverture de Federico Parolo et page intérieure de Walter Davenport - Caras y Caretas 2015

Couverture de Federico Parolo et page intérieure de Walter Davenport - Caras y Caretas 2015

Pour le commissaire de l'exposition Rosendo Fraga, la caricature est une source incontournable pour la connaissance de l’Histoire. Il estime que le dessinateur à l'époque en plus d'être un artiste, était un sociologue capable de capter la réalité parfois restituée avec plus d'éloquence que le discours écrit. Grand collectionneur de caricatures, Rosendo Fraga estime aussi que certains aspects de l’Histoire ne peuvent être compris sans l'aide de la caricature. Plusieurs éléments ont motivé cette exposition et d’abord le fait que l'hebdomadaire a été le fondateur de la communication visuelle en Argentine grâce à sa qualité graphique. D'autre part, grâce à sa longévité, Caras y Caretas a commenté les mandats de deux présidents argentins emblématiques bien que de sensibilité politique opposée, Julio Argentino Roca et Roque Sáenz Peña. Et enfin, l’année 2014 a fêté le centenaire de la mort de Roca et de Sáenz Peña.

Pour compléter l'exposition, deux films *(2) projetés dans le petit théâtre du musée sont dédiés à José María Cao, considéré comme le père de la caricature Argentine. Ces films permettent de mieux apprécier le contexte politique et social qui a conduit à la naissance de ce journal emblématique.

En parallèle de l’exposition « Roca et Roque » et jusqu’au 21 juin également, il est possible d’apprécier une autre exposition, intitulée « Zapatos en la heladera » (Chaussures dans le réfrigérateur), dédiée au travaux du dessinateur Thomas Sanz, l'un des piliers de la revue HUMOR Registrado. Avec la collection permanente du Musée de l'Humour, ces expositions forment un ensemble passionnant pour les fans de la caricature et de l'histoire argentine sous l’angle de l’humour et de la satire.

Jesica Chichero (illustratrice : http://www.jesicacichero.com/ )

Deux illustrateurs de Caras y Caretas 2015 :

Bibliographie:

Maradei, Hugo. (2010). Bicentenario: 200 años de humor gráfico: primera centuria 1810 - 1910. Buenos Aires: Museo del Dibujo y la Ilustración.

González Castelo, Hugo. (2012). Bicentenario: 200 años de humor gráfico: la edad de oro 1910 - 1960. Buenos Aires: Museo del Dibujo y la Ilustración.

Cichero, Jésica. (2015, le 18 Avril). Video-entrevista personal a Rosendo Fraga. (Vidéo non publié).

Cichero, Jésica. (2015, le 18 Avril). Notes prises lors de l'exposition "Roca y Roque " (Manuscrit non publié).

Sobre Rosendo Fraga. La Nación [Journal en ligne]. Récupéré à partir de http://www.lanacion.com.ar/autor/rosendo-fraga-8

Caras y Caretas 1890 (2013). Wikipedia [Encicloplédia en ligne]. Disponible dans: http://es.wikipedia.org/wiki/Caras_y_Caretas_%281890%29
Récupérée 19 Avril 2015.

Tag(s) : #Expositions, #News

Partager cet article