Iconovores pour dessinophages : une petite collection sur de grands dessinateurs

Avec la collection « Les Iconovores », Critères éditions et Virginia Ennor sont à l’initiative d’une série de petits ouvrages de format carré exclusivement consacrés aux dessinateurs de presse. Préface, biographie nourrie (rédigée par Virginia Ennor) et dessins s’enchaînent dans une maquette simple au service de la matière visuelle, raison d’être des dessinateurs de presse. L’originalité tient sans doute aux citations de presse ou aux commentaires des dessinateurs eux-mêmes, qui accompagnent parfois les dessins. Un éclairage souvent nécessaire pour comprendre les oeuvres les plus anciennes. On s'amusera du fait que la couverture fonctionne sur l'idée d'un montage combinant le portrait photographié de l'artiste et des éléments dessinés. Ce jeu illustre traduit bien le contenu du recueil, dédié à un dessinateur autant qu'à son œuvre, l'un et l'autre étant évidemment intimement liés.

La collection frappe fort, en ouvrant le bal avec la dessinatrice Coco, une jeune et talentueuse diablesse du crayon et de la combinatoire graphique. On l’imaginerait facilement en dompteuse fatale, cinglant de son immense fouet les « grands » de ce monde qui nous accablent au quotidien par leur bêtise, leurs vilenies, leur mesquinerie, leur hypocrisie, leur… Coco ravit l’œil, l’esprit et les zygomatiques avec ses dessins sur le sexe, le couple, le genre, sujets traités dans une veine joyeuse, quelque peu triviale, sinon provocante. On rêverait d’un recueil grand format de dessins de Coco sur ces sujets-là.

Le second opus fête l’iconolâtre Samson, qualifié de « dessinateur pour femmes mûres ». Moins provocant et avec une mise en couleur plus travaillée, Samson accompagne sa vision sceptique de notre monde traversé de contradictions, d’une touche de poésie subtile et séduisante.

Nous espérons vivement que d’autres beaux noms du dessin de presse suivront et que cette belle collection bénéficiera d’un vrai et grand succès.

On se plaît à imaginer qu’une telle collection pourrait un jour prochain s’intéresser également aux « grands » qui ont, depuis deux siècles, ouvert la voie aux dessinateurs d’aujourd’hui.

Les deux prochains numéros des Iconovores fêteront Camille Besse et Faujour (novembre 2016). Chouette !

Guillaume Doizy

Tag(s) : #Comptes-rendus recueils