Lu sur Actuabd.com :

Nime, auteur dessinateur algérien emprisonné pour ses dessins et relâché en ce début d'année, reçoit à Angoulême, au cœur du « Off of Off » du Festival, le Prix « Couilles au cul » du courage artistique, qui récompense son engagement en faveur de la liberté d'expression. Il revient sur la signification de son arrestation, sur le pouvoir du dessin, et sur l'avenir de son pays.

Le dessin de presse et d’humour est dangereux pour l’artiste, vous en avez vous-même fait les frais. Lorsque vous avez décidé de vous consacrer à cet art, étiez-vous conscient des risques ?

Nime : Dans toutes les formes d’expression il existe un danger sous-jacent qui n’est de prime abord pas visible pour tous, que l’on soit journaliste, artiste, bédéiste ou poète. On s’exprime car on en ressent le besoin, par des mots ou par le dessin, sans penser dans un premier temps que cela pourrait être source de problèmes...

Lire la suite :

Tag(s) : #Interviews

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :