Cet article reprend les propos de Daryl Cagle et de David Fitzsimmons au sujet de la polémique  créée autour du dessin de ce dernier : "I cant breathe", publié le 1er juin 2020 dans The Arizona Daily Star.

Comme pour beaucoup de dessinateurs de presse américains, le sujet choisi le 1er juin 2020 par David Fitzsimmons rendait compte du décès de George Floyd, lors de son arrestation musclée par la police de Minneapolis.

David Fitzsimmons est un grand caricaturiste politique aux Etats-Unis. Il est membre du Cagle Syndicate. Cette association de dessinateurs de presse dirigée par Daryl Cagle, autre grand caricaturiste politique américain, diffuse les dessins de ses adhérents sur un site dédié. Près de la moitié des quotidiens et magazines américains sont abonnés à ce site et y accèdent en permanence. Ce dessin, qui a provoqué la polémique, présente en six vignettes l'histoire tragique des afro-américains. Il a été publié non seulement dans The Arizona Daily Star mais aussi dans un grand nombre de journaux au niveau national.

"I can't breathe " de David Fitzsimmons a aussi été sélectionné par un enseignant d'un secteur scolaire texan, The Wylie Independent School District, et posté sur le site internet consacré aux devoirs en ligne. C'était un document, parmi d'autres, à analyser, et destiné à des élèves d'un niveau de quatrième (8th graders).
Ceci a provoqué l'ire de la police locale et le vice-président d'un syndicat de police The National Fraternal Order of Police a qualifié le dessin d' "abject" et de "révoltant" dans un courrier adressé aux instances éducatives. Il a aussi exigé, par le biais d'un tweet, que le dessin soit retiré du site immédiatement, accompagné d'excuses à la police et aux parents d'élèves… et les responsables du secteur scolaire se sont exécutés sans plus attendre.
Le gouverneur du Texas s'en est ensuite mêlé, réclamant en plus que l'enseignant ayant proposé ce dessin soit limogé et qu'une enquête soit menée.

Lorsqu'il a appris la polémique et l'escalade des commentaires critiques, David Fitzsimmons a souhaité apporter quelques éclaircissements : "Ce dessin était ma réponse au meurtre de sang-froid de George Floyd par un policier de Minneapolis. J'ai en fait cherché à  montrer les racines du racisme endémique qui existe dans notre pays." Et de poursuivre : "Je suis particulièrement surpris que le 'National Fraternal Order of Police' s'en prenne à  une illustration qui révèle les horreurs de ce qui arrive aujourd'hui en lien direct avec une cruauté héritée de notre passé. Cela demanderait peut-être au 'National Fraternal Order of Police' trop de courage moral  ou de capacité à prendre du  recul avec honnêteté et lucidité pour orienter sa fureur à bon escient sur les quelques policiers racistes qui bafouent le serment qu'ils ont fait et déshonorent l'uniforme qu'ils portent lorsqu'ils exécutent froidement des afro-américains en utilisant la force de façon disproportionnée."

Quant au gouverneur du Texas qui entend employer de grands moyens d'intimidation, David Fitzsimmons le qualifie de "vampire cherchant de la chair fraiche" et fait le commentaire suivant : "Honte à lui de demander la tête de l'enseignant sur une pique."

Aux Etats-Unis, savoir comprendre et interpréter un dessin politique fait partie du programme scolaire obligatoire en histoire en classe de quatrième (8th grade) et en classe de première (11th grade). Parmi les meilleurs clients de David Fitzsimmons, on peut compter les organismes qui préparent aux examens, et ses dessins sont présents dans de nombreux manuels scolaires.
C'est le rôle des enseignants de classe de quatrième de préparer leurs élèves aux examens et de leur apprendre à appréhender des sujets d'actualité à partir de points de vue différents. Les dessins de presse sont un des meilleurs vecteurs pour atteindre ce but. Les métaphores visuelles que les dessinateurs utilisent peuvent parfois être compliquées à déchiffrer pour des élèves et l'étude de ces dessins en classe permet de lever cette complexité. Cela apprend aux élèves à se poser des questions et réfléchir aux problèmes sociétaux.

Ainsi, en retirant ce dessin de son site et en s'excusant, le secteur scolaire envoie un mauvais signal et renonce au rôle élémentaire que doit jouer l'enseignement : comprendre et interpréter des faits grâce à son libre-arbitre. C'est pourquoi, David Fitzsimmons et Daryl Cagle se permettent de donner la note maximale de 20/20 à l'enseignant qui avait choisi le document, et un zéro pointé  au secteur scolaire bien timoré, au vice-président de l'association de la police ayant créé la polémique ainsi qu'au gouverneur du Texas.

Olivier Auvray

Au Texas, la police a les nerfs à vif…

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :