1 Le rôle du dessinateur

"Dans une démocratie, les dessinateurs de presse portent un regard incisif et humoristique sur la société. Ils commentent de manière distanciée  l’actualité, la déforment pour dire la vérité, expliquent ou dénoncent, rendent ridicules les hommes politiques, critiquent toute la société et éveillent ainsi le sens critique des lecteurs qu’ils choquent, provoquent, font réagir.
La crise sanitaire leur a permis de jouer un autre rôle comme, l'explique le dessinateur Herrmann.
D’ordinaire, les dessinateurs de presse sont une forme de cerise sur le gâteau. Cette année, ils sont devenus en quelque sorte une denrée de première nécessité. J’ai eu l’impression d’endosser un rôle plus important que d’habitude. De passer de la fonction de spectateur à celle d’acteur social. Ma férocité n’a pas été tournée contre quelqu’un, mais contre quelque chose, une sorte d’ennemi commun. Au début de la pandémie, j’ai reçu dix fois plus de courrier pour me remercier. Dix fois plus de suggestions de gags également. Au final, pratiquement que des lettres de remerciement. Dans un moment où tout le monde se retrouvait désemparé, la seule valeur sûre restait l’humour. C'est le rire qui dédramatise. A partir du moment où l'on se permet plus de rigoler des choses, c'est rajouter du drame au drame. Si on ne peut pas rigoler, tous les gens confinés qu'est ce qu'ils vont faire s'ils n'ont pas des capsules pour rigoler un peu ? ça va être dur pour tout le monde."

Faire rire permet en effet de faire oublier un temps l’anxiété apportée par le Covid. Les dessinateurs de presse ne sont pas les seuls à produire des images humoristiques. Sur les réseaux sociaux, dessins, blagues, « mèmes » et détournements d’images foisonnent et cette contagion humoristique contribue à  soulager l’anxiété et la peur en dédramatisant la situation :

2. De nouveaux et d’anciens signes graphiques

Le dessin de presse est la représentation graphique d’un événement de l’actualité. Les dessinateurs de presse doivent donc inventer des signes nécessaires à leurs discours. Ils doivent faire preuve d'astuce et d'ingéniosité mais ils s'appuient aussi sur des signes graphiques spécifiques qui font partie de la culture de notre société. Ils se servent par ailleurs d'allégories (comme la justice ou la mort) ou de stéréotypes pour que les lecteurs comprennent rapidement leurs messages : Le dessin de presse utilise les clichés. C’est son vocabulaire. Le type avec un béret et une baguette, par exemple: il n’y a pas plus rapide pour faire comprendre au lecteur que c’est un Français. Le vocabulaire est basique, mais les phrases qu’on fait avec ne le sont pas. Ce qui compte dans un dessin, c’est avant tout le message. Cela dit, utiliser des stéréotypes éculés peut s’avérer contre-productif, même si le message est progressiste.
 

Plantu en  utilise également pour leurs effets de reconnaissance pour le lecteur : "Tous ces signes représentent un alphabet inventé en osmose avec mon trait et mon esprit. J'ai la chance, ici au Monde, de pouvoir poser des questions aux journalistes et de prendre ainsi des notes qui vont m'aider dans ma tâche. Dès que je sais ce que je veux raconter, tous ces hiéroglyphes que vous évoquiez ressortent et vont traduire le message que je souhaite faire passer. Ce sont mes petits clichés, mais qui correspondent dans le même temps à un recul par rapport à ce qu'on attend généralement de moi.". (Interview de Plantu in Société et représentations n°10, décembre 2000, p.192).
Comment réagissent les dessinateurs de presse quand un événement imprévu et inimaginable (attentats contre les tours du World Trade Center et Charlie Hebdo, Covid19) vient bouleverser nos sociétés ? Ils savent intégrer de nouveaux signes graphiques à leur discours et les combiner à d'autres plus traditionnels, comme le montre l'exemple de Plantu qui, après les attentats du 11 septembre, a combiné dans de nombreux dessins  les tours en flammes et  le drapeau américain.

Dessin 1 Plantu 17 septembre 2001

Dessin 2 Plantu 21 septembre 2001

Un dessin de presse est un peu comme un calembour : les dessinateurs peuvent aussi transposer de manière analogique une situation par son équivalent dans un autre registre. C’est ainsi que les tours du World Trade Center sont devenus des crayons désignant par métonymie les dessinateurs de Charlie hebdo et les avions des terroristes les frères Kouachi les attaquant.

Dessin 3  de Stephff Thaïlande

Comme le virus du sida, le coronavirus a une forme qui permet facilement de le personnifier et de le transformer en un petit personnage.


Dessin 4  de Karim 15 mars 2020

 Plantu a  par exemple dû voir dans sa jeunesse la publicité avec les enzymes gloutons car il met en scène un personnage à la Gremlin dévorant tout sur son passage.


Dessin 5  Facebook Plantu 25 avril 2020


Dessin 6  FB Plantu 5 juin 2020
D’autres ont utilisé la métaphore de la boule de bowling ou de  billard qui détruit tout sur son passage, avec ou sans l’allégorie de la Mort.

Dessin  7 Coronavirus : une épidémie mortelle - Boligán (Mexique / Mexico)

Dessin 8 Brandan Afrique du Sud, Cartooning for peace

Le virus a été soumis à toutes sortes de métamorphoses : pompons de marins infectés, casques de gardes suisses du pape, nez rouge du clown Boris Johnson, cerceau d’acrobate, boulet du citoyen forçat condamné au confinement, ersatz d’huile bouillante lancée contre des assaillants, citrouille d’Halloween, pommes de l’arbre du Paradis, nouvel homme de Vitruve, astre dialoguant avec la Terre, étoiles du drapeau chinois ou étoile des rois mages, requin, roue d’engrenages, crosse de Saint-Nicolas, sapin de Noël, médaille d’or de la mort, ballon de basket ou marguerite effeuillée aux mains de Trump ou carrément Trump.
cf en particulier :

3. Des personnages
Le pangolin  et la chauve-souris ouvrent le bal des personnages représentatifs de l’épidémie. Le mariage improbable de ces deux animaux a inspiré les dessinateurs.

Dessin 9  Sanaga

Dessin 10 mariage Tastet

Dessin 11 pangolin communiste Bésot

 

Dessin 12 pangolin hôpital Bésot

Dessin 13 Vœux Bésot

Bésot en a fait un personnage révolutionnaire du fait de sa présence dans la Chine « communiste ».

Le professeur Raoult qui a bien occupé les médias a été évidemment croqué par les dessinateurs. Il a été caricaturé en tant que Marseillais et en tant que savant obnubilé par la chloroquine.


Ce dessin de Dadou mettant en scène le professeur Raoult  en dealer et le président Macron a été le point de départ de sa BD Chloro King.

Dessin 14 Le premier dessin paru le 12 avril sur les réseaux sociaux. (©Dadou)

Dessin 15 J’vais leur montrer qui c’est Raoult ! par Deligne

Dessin 16 Placide http://leplacide.com/dessin-presse-La-visite-de-Macron-au-docteur-Raoult-9838.html

Dessin 17 Lascar en hommage à Uderzo

Les élections américaines et les déclarations intempestives de Trump ont inspiré beaucoup de dessinateurs et son équipe a même tenté d’user de la censure


Dessin 18
 


On peut trouver une  sélection de dessins ici :

Dessin 19Chapatte

Dessin 20 Ramsès, Cuba

Les liens entre l’Antiquité et l’épidémie de Covid s’avèrent nombreux. Nous ne retiendrons ici que deux personnages mythologiques qui ont été identifiés aux soignants par les dessinateurs : Atlas tout seul à soutenir le monde et Sisyphe devant une tâche qui n’en finit plus.


Dessin 21 23 mars https://www.facebook.com/nagy.dessinateur/


Dessin 22 https://www.cartooningforpeace.org/dessinateurs/le-hic/


Dessin 23 Delambre https://www.facebook.com/jeanmichel.delambre.39  

Dessin 24 Saeed Sadeghi | Cartoon Movement
https://voxeurop.eu/wp-content/uploads/2020/04/sisyphus_2_saeed_sadeghi-4.jpeg

Dessin 25  J.A.K.  https://kalypsonicolaidis.com/corona-thoughts/

Dessin 26 https://www.blagues-et-dessins.com/category/l-actu-de-zaitchick/

4. Des objets
Omniprésent dans la vie quotidienne et objet d’un mensonge d’Etat en France, le masque est aussi omniprésent dans les dessins de presse sous de multiples travestissements, particulièrement chez Plantu : drapeau, parachute, parapluie, parasol, voile de kitesurf, trampoline, étau pour détruire le virus, plateaux de la Justice, drapeau de l’Inde ou protection contre les fake news…
Il est en train d’être supplanté par la seringue, métonymie/cliché du vaccin objet de nouvelles polémiques.

Dessin 27 FB Plantu 16/6/2020


Dessin 28 Plantu 13/8/2020

Dessin 29 Plantu 14/8/2020

Dessin 30 Plantu 13/10/2020

Dessin 31 Plantu 23/12/2020
5. Des détournements
Pour  rendre compte de l’actualité, les dessinateurs  détournent aussi des images faisant partie de la culture patrimoniale ; plus une image a été répandue, plus elle est susceptible de détournements.
Le genre parodique a un caractère intertextuel. Pour qu'on puisse transposer de manière comique une œuvre, il faut que celle-ci soit facilement identifiée par les spectateurs et donc qu'elle jouisse d'une certaine notoriété. L'humour repose en effet sur une complicité culturelle entre le dessinateur et ses spectateurs et renforce le sentiment d'appartenance à une communauté culturelle. La transposition doit n’être à la fois ni trop importante, pour que la référence reste reconnaissable, ni trop discrète pour que le décalage avec l'original soit évident. Les opérations mises en œuvre par les dessinateurs sont donc les suivantes : addition, suppression, substitution, échange.
Il faut que les dessinateurs veillent à la compréhension par les lecteurs de leurs détournements, réécritures :

Dans le cas du Covid, on a pu constater une prolifération parallèle de de « mèmes »  et de dessins de presse sur des œuvres picturales classiques et liées à la religion catholique : par exemple  création de l’homme  à la Chapelle Sixtine par Michel-Ange ou Cène de Léonard de Vinci  pour illustrer la distanciation sociale.

Dessin 32 Plantu 10/03/2020


Dessin 33 Plantu 15/10/2020


Le Cri de Munch, la Joconde de Léonard de Vinci ont connu aussi un grand nombre d’utilisations.

Dessin 34 Hermann
Hermann explique : "Je me soigne, je sais que je suis trop bavard. J’essaie de tendre vers la simplicité. Un des rôles du dessin de presse, c’est d’amener de la synthèse. Et à ce niveau-là, l’image pure imprègne beaucoup plus ses lecteurs. Les meilleurs dessins sont ceux qui se passent de texte. Ils possèdent cette valeur d’émotivité que je n’ai pas. Dans cet album figure une image réalisée dans un style qui ne me ressemble pas, s’inspirant du fameux tableau de Munch, «Le cri». C’est peut-être dans ce sens que je devrais me diriger plus souvent… Mes dessins vont plutôt vers une forme de cérébralisation. Celui-ci m’est tombé dessus, c’est lui qui m’a trouvé, et pas le contraire."

Dessin 35 Delambre https://www.facebook.com/jeanmichel.delambre.39  

Du côté des œuvres littéraires, c’est le Petit Prince qui a été le plus utilisé.


Dessin 36 Rodríguez (Mexique / Mexico) https://www.cartooningforpeace.org/editos/coronavirus-une-epidemie-mortelle/

Dessin 37 Côté Canada https://www.lemonde.fr/blog/cartooningforpeace/2020/04/23/un-monde-en-quete-dun-vaccin/

Si beaucoup d’images ou d’extraits des films ou de séries ont été parodiés, c’est plus rare à ma connaissance dans le cas du dessin de presse.

Dessin 38 Plantu 25/12/2020

Dessin 39 Plantu 17/09/2020

Daniel Salles

Quelques sites utiles pour trouver  les dessins sur le virus et ses conséquences :

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :