Maître de Conférences honoraire d’Allemand, Ralph Keysers poursuit son étude de l’iconographie nazie avec cet opus sur des caricatures évoquant la guerre d’Espagne. Réalisé en collaboration avec Christian Manso (professeur d’Espagnol à l’Université), cet ouvrage préfacé par feu Marc Ferro, s’intéresse tout particulièrement aux dessins parus d’une part dans Der Stürmer, l’hebdomadaire antisémite dans lequel a officié le dessinateur Fips et de l’autre dans Kladderadatsch, un journal satirique (donc moins militant) fondé en 1848, hebdomadaire qui embrasse la cause nazie au milieu des années 1930. Comme dans ses précédents ouvrages, Ralph Keysers ne propose ni une étude globale du flux caricatural portant sur un sujet ni analyse des stéréotypes et du langage spécifique à la caricature. Il réalise néanmoins un minutieux travail de contextualisation de chaque dessin, éclairant des images rendue aujourd’hui obscures par la distance qui nous sépare des événements auxquels ils font référence. L’ouvrage est scindé en deux parties, la première porte sur les dessins du Stürmer, la seconde s’intéresse à ceux du Kladderadatsch, reproduits en couleur comme c’était le cas dans le journal à l’époque. Cette dualité empêche de confronter les deux iconographies et leur lecture des événements, possibilité qu’aurait permise leur présentation dans une dynamique chronologique.
On reprochera à l’ouvrage un manque de rigueur dans la désignation de certains documents. En effet, certains dessins originaux non signés issus de la collection Arthur Langerman sont présentés comme des esquisses préparatoires à des caricatures parues dans le Stürmer et également comme des projets d’affiches, alors que ces dessins assez maladroits et de toute évidence réalisés à partir de calques, sont plus probablement des copies dues à de petites mains et donc conçues postérieurement à la parution des caricatures dans le journal. Par ailleurs, les « projets d’affiches » n’ont jamais vu le jour, nul n’a jamais retrouvé d’affiches portant ces caricatures, ni mention de ces affiches dans des textes. Enfin, certains dessins de « une » du Stürmer sont reproduits avec des couleurs, ces colorisations étant là encore postérieures aux années 1930 et à la Seconde Guerre mondiale. La version de ces dessins qui circule sur Internet ne correspond pas à une réalité historique. Les reproduire dans un ouvrage sérieux leur donne un indéniable crédit et fausse complètement le regard que l’on peut porter sur ces colorations tardives.
Hormis ces quelques remarques, le travail de Ralph Keysers demeure fort intéressant, il permet de plonger dans cet univers graphique et de cerner les événements historiques auxquels ils renvoient.

Guillaume Doizy

Tag(s) : #News

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :