DICTIONNAIRE MONDIAL DES IMAGES 

 Laurent GERVEREAU (dir.) 

Ed. du Nouveau Monde, 2006, 1119 p.

 

Ce gros volume de 1119 pages est une somme. Il comble un vide et répond à un besoin dans nos sociétés envahies par les images de toutes sortes sur toutes sortes de supports : papier bien sûr, livres, journaux, prospectus, mais aussi écrans, objets usuels du quotidien, images fixes ou images animées.
C’est bien sous toutes ses formes et dans tous ses usages que Laurent Gervereau et les 275 auteurs qu’ils a rassemblés traquent les images en 385 entrées. L’image est ici envisagée sous tous ses aspects : théorique, plastique, ethnographique, pédagogique, historique, sociologique. Le livre est largement illustré, chaque notion comportant une ou deux images excellemment reproduites, le plus souvent en couleur. On est reconnaissant à l’éditeur de ce choix, qui non seulement anime, mais soutient et justifie le texte. 
Ne perdant pas de vue ses attaches historiennes, Laurent Gervereau opte pour une structure en cinq rubriques : « repères » donne la chronologie du concept, par exemple le « Beau » commence par Platon et le Baroque au XVIe siècle par Giambattista Marino et Pietro di Cortona. Vient ensuite une notice qui adopte souvent un ordre chronologique, suivie d’une courte bibliographie sous le titre « A lire », qui précède une brève biographie de l’auteur de la notice. Enfin, sous « Voir aussi », des « liens » renvoient à d’autres notices, qui ouvrent des horizons quelquefois inattendus, puisque « baroque » peut vous entraîner, sans surprise vers « maniérisme », mais avec une gourmande curiosité vers « art nouveau » ou « image métisse ». On s’attend ,bien sûr, à « publicité », mais il y a clin d’œil quand l’auteur commence sa chronologie par les premières enseignes de la Rome antique ! Toutes les couleurs y sont, ou presque, puisque manque l’orange et que, les enfants n’ayant jamais aimé les bonbons violets, la violette n’y est pas non plus. 
Autre grand avantage de ce grand ouvrage, son côté « mondial », qui tente d’embrasser les plus larges horizons, du Pays du Soleil levant à l’extrême occident, des sociétés les plus anciennes au plus contemporaines. 
On n’a pas fini de se perdre dans les dédales de ce gros livre qui permet une lecture en saute-mouton, nous réservant de belles surprises et beaucoup de savantes nourritures.


Hélène Duccini
 



Haut de page


Autres ouvrages sur la caricature

...

Tag(s) : #Comptes-rendus ouvrages

Partager cet article