Sans-titre-1-copie-copie-9.jpg

 

Sur son blog, et sous le titre "Haro sur la caricature", François Forcadell évoque deux affaires récentes qui mettent en jeu la publication de dessins satiriques. Il commence par ces mots :

 

"Les marges d’expression de la caricature et du dessin de presse se réduisent chaque jour un peu plus et aucun sujet ne semble épargné. Dernier exemple en date, suite à la parution d’un dessin de Gerald Scarfe (en illustration) qui commentait les élections en Israël, la rédaction du Sunday Times qui l’avait publié a présenté ses « excuses sans réserve » au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Alors que le dessin ne fait que critiquer la politique du chef de gouvernement et n’est en aucun cas antisémite (aucun signe religieux n’est visible et la légende précise « Est-ce que le cimentage de la Paix continue ?»), le rédacteur en chef Martin Ivens a rencontré la communauté juive britannique  et déclaré « Le Sunday Times exècre l’antisémitisme et n’entreprendrait jamais de blesser le peuple juif, ou tout autre groupe ethnique ou religieux »...

 

On lira la suite avec intérêt bien sûr, même si nous nous permettons cette remarque : l'antisémitisme d'un dessin ne se résume pas seulement à la présence ou non de signes religieux (la plupart des caricatures antisémites ne font pas référence à la religion).

 

Certaines associations juives présentent le dessin comme antisémite et dénoncent le parallèle qui serait opéré par le dessinateur entre l'attitude de Netanyahu à l'égard des Palestiniens et les camps de concentration, le dessin ayant paru le jour de la commémoration de la Shoah. Le ciment fait du sang des victimes avec lequel Netanyahu soude les moellons d'un nouveau mur sécuritaire, est interprété comme une référence à certains aspects du rite religieux juif, et donc comme un motif caricatural antisémite qui s'insrcit dans la tradition de la charge antisémite du XXe siècle, reprise par certains dessinateurs arabes aujourd'hui. On lira à ce propos les arguments du site israëlien Desinfos.com.

 

Remarquons que ce dessin n'a posé aucun problème à la rédaction du journal jusqu'à ce qu'émergent des protestations publiques d'associations et de personnalités telles que Tony Blair ou Elie Wiesel. Il faut déplorer qu'une fois de plus une critique fut-elle vive formulée à l'encontre de la politique menée par l'Etat istraëlien soit dénoncée comme de l'antisémitisme, tout comme toute critique contre l'islam est perçue par certains comme de l'islamo"phobie", et donc du racisme.

 

Tag(s) : #News