JJ2.jpg

 

Sur son blog "Poil à croquer", le dessinateur Damien Glez évoque les 21 bougies de l’hebdromadaire satirique burkinabè Le Journal du Jeudi qu'il contribue d'animer avec passion. Il s'agit, écrit-il, d'une "publication d’une rare longévité dans le domaine de la satire ouest-africaine [qui] a été fondé par Boubakar Diallo en plein printemps de la presse, précisément en août 1991, juste après l’adoption de la constitution de la IVe République qui mettait fin, au Burkina Faso, à l’Etat d’exception révolutionnaire et au régime transitoire du Front populaire.
Le “Dromadaire” (du nom de sa mascotte) a révélé des dessinateurs de presse comme Ezzat, Nur el-Dine, Mont-Rose, Zoetaba ou Glez. Il a su créer une culture satirique typiquement burkinabè, en évitant l’écueil de copier le “grand frère” francophone, Le Canard enchaîné français. Pour ce faire, il s’est notamment appuyé sur le phénomène de parenté à plaisanterie", une sorte d'humour interhethnique partagé.

 

Longue vie à ce journal satirique africain !

Tag(s) : #News