i872445_aChim.jpg

 

Chimulus et Guillaume, Le Charabia du bizness, editea, 12 euros.


Avec la crise, le discours libéral sur la société et sur l’Entreprise, « moteur de l’humanité », a pris du plomb dans l’aile. Les patrons et leurs parachutes dorés, les traders et leurs primes insolentes, les actionnaires qui rigolent quand on ferme les usines, la bourse qui spécule quand les sdf meurent de froid, tout concourt à nous faire détester l’entreprise et le « charabia » qui va avec. Sous ses airs technicistes et très pros, les « coaching », « résilience » et autres « écoute active » forment un vocabulaire de circonstance qu’une prochaine mode chassera pour un autre, tout aussi peu engageant. C’est qu’il faut bien inscrire le salarié dans un ordre cosmique qu’il devra apprendre à maîtriser, tout en lui donnant l’impression d’intégrer une fratrie propre à lui faire aimer ses chefs…

Avec beaucoup d’humour, le dessinateur Chimulus et le cadre sup’ Guillaume décortiquent cette langue spécifique au monde du « bizness ». Ils amusent leurs lecteurs des vicissitudes de l’employé lambda (Martin, Gérard, Juju ou Dupuis) dans un monde de requins, de hauts cadres qui redoutent plus le licenciement que la mise en examen (moins risquée…), de salariés harcelés par leur DRH ou leur chef de service…

Les patrons n’ont plus le haut de forme, le gros cigare ni le ventre insolent. Mais leur morgue n’en demeure pas moins exquise sous le crayon d’un Chimulus qui ne manque pas de les croquer à coup d’ironie vengeresse, dans une bonne quarantaine de dessins particulièrement drôles et bien sentis !

Le bureau, la salle de réunion ou la machine à café forment les lieux de cette farce drolatique que Chimulus construit en quelques traits fort simples, avec des personnages dénués de crânes mais dotés de tarins incommensurables et particulièrement grotesques. De quoi nous faire rire non seulement le soir de noël, mais encore au bureau, quand un chef particulièrement énervant nous souhaitera la bonne année !

 

GD, le 20 décembre 2009

 

Tag(s) : #Comptes-rendus recueils

Partager cet article