Lu sur le site Le Populaire.fr :

À l’origine du projet de création d’une maison du dessin de presse, annoncé le 7 janvier dernier par le ministre de la Culture et qui a fait grincer des dents à Saint-Just-le-Martel, Maryse Wolinski, veuve du dessinateur, nous explique ses motivations dans un entretien exclusif.

Le projet de création d’une maison du dessin de presse que vous portez a surpris du coté de Saint-Just-le-Martel…

« Je ne comprends pas cette polémique et à Paris, personne ne comprend. Les choses sont claires. Les gens de la Haute-Vienne étaient au courant. Mon mari a fait beaucoup pour le centre de Saint-Just. Ce n’est pas par hasard que nous avons reconstitué son atelier là-bas avec Gérard Vandenbroucke.

En 2011, Jacques Chirac a demandé à mon mari un rapport sur l’état du dessin de presse en France. Il a travaillé avec la BNF (Bibliothèque nationale de France) pour la promotion et la conservation du dessin de presse, et son enquête s’appelait la mission Wolinski.

Ce travail a été mis en ligne sur le site du ministère de la Culture. Quand j’ai rangé les archives de mon mari j’ai relu ce dossier et je me suis dit qu’il fallait absolument faire aboutir ce projet à une époque où le dessin de presse est en danger. Et je m’y suis employée. J’ai rencontré le premier ministre au mois d’août qui a été convaincu. »

Quel est le contenu de ce projet ?

« Cette mission Wolinski est une ambition et une nécessité. Nous avons envie d’une coordination, et d’une mise en réseau de tout ce qui existe. Personne n’y voit une concurrence. L’association Cartooning for peace n’y voit pas de concurrence. Il n’y a que la Haute-Vienne qui a réagi de cette façon. Il faudrait peut-être réfléchir.

En partenariat avec la BNF, nous souhaitons une maison dédiée au dessin de presse, pour la promotion et le soutien à la création, avec un centre d’accueil et d’hébergement, et une coopération avec les autres centres du dessin de presse pour la valorisation, la sensibilisation du public avec des expositions.

Ce serait aussi un lieu de conservation avec la BNF, un lieu de rencontres, de formation, de pédagogie et d’exposition. Ce serait un espace culturel de référence en matière de dessin de presse. Le premier ministre nous a donné - car nous sommes une petite équipe - son feu vert. Nous avons rencontré le ministre de la Culture qui a bien vu qu’à travers ce projet il y avait une possibilité d’aider le dessin de presse.

Nous voulons aider le dessin de presse à travers cette maison. On souhaite que ça aille assez vite et c’est l’ambition du gouvernement. D’ailleurs le Président de la République l’a souligné dans ses vœux à la presse. Il a dit précisément : « Nous venons de lancer une mission pour créer en France la maison du dessin de presse et du dessin satirique voulue par Georges Wolinski. Ce lieu de rencontres, de formation et d’exposition travaillera avec le réseau des lieux existants dédiés au dessin de presse sur le territoire. »

Cette déclaration devrait faire taire toute confusion.

En quoi votre projet est-il différent de ce qui existe déjà à Saint-Just ?

« Mais il n’existe pas de centre où on travaillera en réseau. Saint-Just-le-Martel n’est pas le centre du monde. Même si j’y suis parfaitement attachée. Et c’est ce qui me met en colère. D’où vient cette polémique. De la presse ? De Saint-Just ? Du monde politique ? Derrière tout ça, il y a une question de politique ?! »

Les responsables de Saint-Just-le-Martel disent qu’ils n’ont pas été informés de votre projet...

« Si?! Ils savaient parfaitement que Georges avait travaillé sur ce dossier. Mon mari était très ami avec Gérard Vandenbroucke et il a toujours soutenu le salon de Saint-Just. Lors des Etats généraux du dessin de presse à Saint-Just, j’avais parlé de mon projet. Mais il n’était pas officialisé. Il fallait attendre que le ministre l’annonce, ce qu’il a fait le 7 janvier lors de la commémoration de l’attentat de Charlie Hebdo. »

Mais pourquoi une telle maison alors que Saint-Just remplit déjà ces rôles (animation, exposition, pédagogie, rencontres, échanges et conservation) ?

« Pas du tout. Ce n’est pas un centre qui travaille avec l’ensemble du réseau et avec la BNF pour une bonne conservation des dessins. À Saint-Just, on leur fait des dons. Mais comment les conservent-ils ? J’aimerais bien le savoir. Tout le monde a salué notre initiative, Cartooning for peace, le musée des Beaux-Arts de Paris, de Strasbourg etc.

Il n’y a que les gens enfermés dans leur Limousin qui se permettent de provoquer cette polémique sans intérêt qui ne va pas les servir.

Bien sûr que Saint-Just va continuer. Et j’espère que ça va continuer malgré l’absence terrible de Gérard Vandenbroucke. Pour ma part c’est une question sentimentale. Je veux faire aboutir le projet sur lequel mon mari a travaillé. »

Tag(s) : #News

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :