Lu sur le site du Temps.ch :

Le Musée des beaux-arts du Locle célèbre l’importance du dessin de presse comme outil démocratique. Conçue autour de Chappatte, l’exposition montre également des caricatures suisses et étrangères qui ont fait polémique

«Toute ma vie professionnelle, j’ai été guidé par cette idée: la liberté unique du dessin de presse doit s’accompagner d’un grand sens des responsabilités.» Le 12 juin 2019, Le Temps décidait d’exceptionnellement ouvrir sa une à un texte unique. Pas d’image, pas de grand titre, mais juste un «manifeste» dans lequel Patrick Chappatte, dessinateur historique du journal, prenait position à la suite de la décision du New York Times de renoncer à la publication de caricatures politiques.

Collaborateur du prestigieux quotidien américain, le Genevois y fustigeait notamment les foules en colère hurlant désormais ouvertement leur dégoût dès qu’un dessin de presse heurte leurs convictions. «Nous vivons dans un monde où la horde moralisatrice se rassemble sur les médias sociaux et s’abat comme un orage subit sur les rédactions. Cela oblige les éditeurs à prendre des contre-mesures immédiates, paralyse toute réflexion, bloque toute discussion.»

Lire la suite :

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :