image hébergée par photomaniak.com
Dessin de Kupka, L'Assiette au Beurre n°162, 7/5/1904.

Par Jocelyn Bézecourt

L’Assiette au Beurre a confié à Frantisek Kupka l’illustration de trois numéros sur des thèmes qui nourrissent ses préoccupations sociales : L'argent (n° 41, 11 janvier 1902), Religions (n°162, 7 mai 1904) et La paix (n° 177, 20 août 1904). Dans Religions, des divinités d'origines diverses se succèdent dans un panthéon de l'absurde, une galerie exotique des superstitions du monde. Aux côtés de dieux hindous, japonais, chrétien, juif, etc., le dieu de l'islam est mis en scène dans une image dense, autant par la profusion des personnages que par le propos particulièrement complet. La figure centrale du guerrier au sabre ensanglanté est le passeur entre le monde terrestre et le monde céleste au sommet duquel trône Allah. Son bouclier orné du drapeau turc et le titre du dessin (« Dieu turc ») sont des références au régime de Abdul Hamid II, le Sultan rouge, promoteur du panislamisme et artisan des massacres d’Arméniens en 1894-1895. Le despote fera plusieurs fois la Une de L'Assiette au Beurre et du Rire. L’étoile et le croissant évoquent le régime ottoman mais ils sont aussi l’étendard d’un islam conquérant qui suit avec application les préceptes coraniques meurtriers. A l’image du manichéisme des religions, le dessin de Kupka oppose verticalement un paradis de plaisir à une existence terrestre tragique. Femmes éternellement vierges et jeunes, et boissons et mets délicieux sont, dans le paradis musulman, les récompenses promises au combattant par le Coran (sourates 55 et 56). Après s'être exprimé politiquement par la caricature, Frantisek Kupka s'orientera vers l'abstrait en développant sa réflexion sur les couleurs et les formes.

Autres analyses d'images

Haut de page

Tag(s) : #Analyses sur la caricature

Partager cet article