Calvi, L'Histoire de France de Clovis à Nicolas 1er, First éditions, 11,90 €

Tout au long du XIXe siècle et notamment à partir de la fin du Second Empire, la littérature satirique et la caricature amusent leur public en revisitant l’Histoire. Les Histoire de Rome, Histoire de France, Histoire de tel ou tel grand personnage, souvent qualifiées de « tintammaresques », et donc rédigées sur un mode drolatique, surviennent dans une période où l’école progresse en parallèle de l’Histoire sérieuse, professée par de beaux esprits, universitaires ou non, parfois engagés comme Michelet.
La gaieté satirique, surtout républicaine, critique, à travers ces panoramas comiques les temps anciens et surtout le règne du régime monarchique. C’est qu’avant la chute de Napoléon III et même jusqu’à la fin de l’affaire Dreyfus, les forces antirépublicaines en France se montrent encore très dynamiques. La satire désacralise l’Histoire officielle qui égrène la vie des rois « français », de Mérovée à Louis-Philippe. Pour parvenir à leurs fins, les satiristes, rédacteurs ou dessinateurs, jouent sur le trivial, l’anachronisme, les calembours et l’absurde avec, en règle générale, des production particulièrement réussies.
D’une certaine manière, l’exploration satirique de l’histoire n’a jamais cessée, notamment via la bande dessinée, comme par exemple avec Astérix et Obélix.
C’est dire si Calvi, en publiant cette histoire De Clovis à Nicolas Ier, s’inscrit dans une illustre tradition. Le dessinateur raconte sur un mode plutôt neutre l’histoire de France, qu’il illustre de dessins anachroniques dans lesquels le passé et le présent très actuel se télescopent. Ainsi, Louis XVI prend-il les traits de Nicolas Sarkozy, tandis que Ségolène Royal glisse dans le personnage de Jeanne D’Arc. A chaque figure historique correspond un double contemporain et les événements du passé servent de prétexte à des clins d’œil évocateurs de la vie politique des trente dernières années.
L’idée parait séduisante, mais le résultat déçoit quelque peu. Les dessins manquent vraiment de drôlerie et le texte n’y prétend même pas… L’Histoire de France tintammaresque de Touchatout, publiée une première fois en 1866 nous a considérablement plus amusé ! Nous recommandons vivement la lecture de cet ouvrage croustillant, qu’on trouvera dans les bonnes bibliothèques !

GD, le 2 février 2009

Haut de page

Autres comptes rendus

Accueil


Tag(s) : #Comptes-rendus recueils