Il n'est pas question de refaire dans cet article l'histoire de cette revue mythique. Stéphane Mazurier, qui est le plus complet, l'a déjà fait dans un article disponible sur ce site. La propriété du titre "hara-kiri" a été reconnue définitivement à Cavanna en 2002 après moult rebondissements dont je laisse la reconstitution aux historiens et aux juristes. En effet, bien que Cavanna ait été l'inventeur, c'est Georges Bernier (le Professeur Choron) qui avait déposé le nom, puis, face aux difficultés financières, l'avait cédé, laissant alors la porte ouverte à des utilisations plus ou moins bien réussies de ce titre.

Je présenterai donc, de manière précise et exhaustive, je l'espère, les différents périodiques ayant utilisé ce nom. Voici donc les 15 numéros 1 de Hara-kiri !

Les 15 numéros 1 de Hara-kiri, par Cyril Bosc

Ci-dessus : Septembre 1960 – 4eme trimestre 1987 : le vrai, le seul, le grand, l'unique Hara-kiri

302 numéros (mensuel). Ce numéro 1 peut se vendre aujourd'hui autour de 1500 euros.

Créé en 1960 par Cavanna, Choron (alors Georges Bernier) et Fred, il reste près de trente ans après son dernier numéro LA référence de l'humour "bête et méchant".

Voir la bibliographie pour l'histoire complète.

N°1 sept. 1968

N°1 sept. 1968

Septembre 1968 - mai 1969 : Kara-kiri, giornale cretino & cattivo

9 numéros (mensuel). Le 1ier numéro date de septembre 1968. Il s'agit d'ne traduction en Italien de l'original dirigée par Maurizio Bovarini dont des dessins ont été publiés dans Bizarre (1962), Siné massacre (1962), l'Enragé (1968) et (à vérifier) Hara-kiri. Peu ou pas de différence avec la version française, juste une copie conforme, de qualité donc.

N°1, lundi 3 février 1969

N°1, lundi 3 février 1969

Février 1969 – novembre 1970 : Hara-kiri hebdo puis L'hebdo hara-kiri

94 numéros (hebdomadaire), le N°1 a été lancé le lundi 3 février 1969. Il s'agit de l'ancêtre de Charlie-hebdo qui se termina avec la fameuse couverture "Bal tragique à Colombey – 1 mort". Là encore, je vous renvoie à la bibliographie et au livre de Stéphane Mazurier pour l'histoire complète.

N°1, probablement été 1980

N°1, probablement été 1980

1980 – 1994 : Hara kiri, humor bestia y sangriento (version espagnole)

152 numéros (mensuel). Le N°1 date probablement de l'été 1980. Rien à voir avec la version française ! Cette version ne contient pratiquement que de la bande dessinée érotique évoluant en pornographie et quelques dessins d'humour. Je n'ai pas trouvé de dessinateur connu en France (quelqu'un de plus connaisseur en BD trouvera peut-être). Je ne maîtrise pas non plus assez l'espagnol pour juger de la délicatesse des planches de dessins et BD.
La revue change d'éditeur au numéro 51 (1986). Les derniers numéros contiennent en plus des BD, des photos de charme, retrouvant ainsi un thème cher à la version française à la même période !

L'hebdo hara-kiri n°1 ou Charlie-hebdo n°558

L'hebdo hara-kiri n°1 ou Charlie-hebdo n°558

Juillet – décembre 1981 : le retour de l'Hebdo Hara-kiri « Journal dangereux pour la jeunesse »

+/- 25 numéros (hebdomadaire). Le n°1 a pour titre L'hebdo hara-kiri n°1 et Charlie-hebdo n°558. En 1981 devant l'érosion problématique des ventes de Charlie-hebdo, l'équipe des Éditions du Square tente de changer de formule. En mai, juste après les élections présidentielles, Charlie-Hebdo devient "La Semaine de Charlie". Cette formule ne durera que 10 numéros.
En juillet 81, l'équipe décide de mettre la nouvelle majorité au pied du mur en réutilisant le titre original (L'Hebdo Hara-kiri) toujours officiellement interdit de "vente aux mineurs de moins de 18 ans" en vertu de la loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse. Le journal sera d'ailleurs sous-titré "journal dangereux pour la jeunesse". Gaston Defferre, ministre de l'intérieur, lèvera l'interdiction en août 1981…
Il est à noter que ces différents titres garderont en parallèle la numérotation de Charlie-hebdo.
Le 23 décembre 1981 parait le n°23 de l'Hebdo Hara-kiri (ou 580 de Charlie-hebdo) qui, à l'exception de quelques numéros spéciaux, marque la fin du Charlie-hebdo première formule.

Hors série n°1

Hors série n°1

2eme trimestre 1982 – fin 1985 : Hara-kiri hors-série

14 numéros (trimestriel). Entre 1982 et 1985, les Éditions du Square publient 14 numéros hors-série de Hara-kiri. Ces numéros sont en fait la reprise des fausses pubs, romans-photos,… déjà publiés dans le mensuel.

Les 15 numéros 1 de Hara-kiri, par Cyril Bosc

1er trimestre 1987 : Hara-kiri spécial hors-série
1 seul numéro. Fin 1985, les Éditions du Square qui éditent Hara-kiri déposent le bilan. Un éditeur italien, Sandro Fornaro rachète le titre et permet ainsi la continuité du mensuel.
Fin 1987, Fornaro lance en France une revue de charme "Newmen" et veut se servir de la notoriété de Hara-kiri pour la faire connaitre. Il sortira donc ce hors-série unique. Aucun humour dans ce volume. Seuls les amateurs de filles nues y trouveront leur compte…

Hara-kiri n°1 nouvelle formule (ou 302)

Hara-kiri n°1 nouvelle formule (ou 302)

1988 – 1989 : Hara-kiri, journal très bête et très méchant
7 numéros (plus ou moins trimestriel). Ci-dessus, Hara-kiri n°1 nouvelle formule (ou 302)

En 1986-87, Choron et son équipe de fidèles (Jackie Berroyer, Charlie Schlingo, Otho Puol, Jean-Marie Gourio, Vuillemin,…) cohabitent avec le gérant, propriétaire de Hara-kiri, Sandro Fonaro. Fin 87, cette équipe ne se sentant plus assez libre dans sa création décide de sortir le numéro 302 de Hara-kiri sans Fornaro. Ce dernier faisant valoir ses droits sur le titre fait interdire la revue et lance une nouvelle formule sous-titrée "journal très bête et très méchant" (!).
Le contenu est relativement affligeant malgré quelques dessins de Tignous (il faut bien débuter !). Là encore, je déconseille la lecture de ces revues aux personnes qui ne supportent pas la vue de sexes féminins sous toutes leurs coutures…
Les trois premiers numéros possèdent une double numérotation (1-302, 2-303, …) et la série s'arrête au 7eme numéro (ou numéro 308).

Les 15 numéros 1 de Hara-kiri, par Cyril Bosc

Janvier – mars 1993 : Hara-kiri, le journal de l'Europe à feu et à sang

10 numéros (hebdomadaire), N°99 de La Grosse Bertha. La Grosse Bertha est un hebdomadaire créé en 1991 à l'initiative de François Forcadell. Pour simplifier, le journal réunissait quelques anciens de Charlie-hebdo (première formule), de l'Idiot International de Jean-Edern Hallier, de Canicule d'Eric Martin,… Philippe Val se greffera rapidement sur le projet avec les conséquences que l'on connait : en juillet 1992, Val quitte la Grosse Bertha avec Cabu, Gébé, Siné, Cavanna, Charb, Tignous, Luz… pour relancer Charlie-hebdo.
Pour tenter de sauver le journal et de survivre face à Charlie-hebdo, Jean-Cyril Godefroy, l'éditeur, s'associe avec Choron et son équipe pour fabriquer un Hara-kiri hebdomadaire.
Cette série est d'excellente qualité tant pour les dessins (Vuillemin, Lefred-Thouron, Charlie Schlingo, Kafka, Rosse, Hugot, Nicoulaud, Lerouge, Fawzi,… et même des planches de Dimitri) que pour les textes (Choron bien sûr, mais aussi, Berroyer, Arthur (Henri Montant), Anne Vergne, Jeanne Foly,…). Il y a donc plus d'anciens de Hara-kiri / Charlie-hebdo dans ce journal que dans le Charlie-hebdo paraissant en parallèle (?).
Dix numéros seulement paraitront.

Les 15 numéros 1 de Hara-kiri, par Cyril Bosc

Avril – juin 1996 Hara-Kiri, l'actualité bête et méchante

2 numéros (bimestriel). Commence avec cette série une suite de tentative de relance d'Hara-kiri dont on peut souvent douter de la sincérité. D'une qualité généralement affligeante, l'éditeur (souvent le même, Michel Buh et la Société Française de Revue) semble vouloir profiter de la renommée du titre pour vendre quelques exemplaires.
Il n'y aura heureusement que deux numéros (avril et juin) dans cette série.

Dans Charlie –hebdo (n°199 du 10 avril 1996), "Cavanna, Gébé et toute la bande" mettent en garde les "Amis de Charlie" et précisent : "sous le titre Hara-kiri, une immonde ordure vient d'apparaître à l'étalage des marchands de journaux". Ils "précise[nt] […] que ces huit pages d'une bêtise à hurler – et qui se veulent "humoristiques" – n'ont rien à voir avec nous, ni aucun d'entre nous".
Rien à rajouter.

Les 15 numéros 1 de Hara-kiri, par Cyril Bosc

Septembre – octobre 1996 : Hara-kiri hebdo

4 numéros (hebdomadaire). Bien qu'édité une nouvelle fois par La Société Française de Revue et Michel Buh, la qualité de cet hebdo est plus que correcte. On retrouve comme rédacteur en chef François Forcadell qui avait déjà initié la Grosse Bertha. De belles signatures pour les dessins : Jiho, Nicoulaud, Coutelis, Berth, Loup, Lécroart,… Pour les articles, on retrouve, entre autres, Arthur (ancien de Charlie-hebdo première mouture et de la Gueule Ouverte), Michel Polac (qui écrira dans Charlie-hebdo plus tard), André Bercoff (on en reparlera…),…

Cependant, Cavanna et les anciens, Cabu, Gébé, Willem, Wolinski, ne sont pas plus enthousiastes. Ils écrivent de nouveau (Charlie-hebdo n°223 du 25 septembre 1996) : "[…] Nous ne pouvons que réitérer notre mise en garde : ce journal n'a rien à voir avec notre cher vieux Hara-kiri et nous n'y avons en rien collaboré. Nous ne pouvons que supposer que Choron a cédé la permission d'utiliser ce titre, qui ne lui appartient pas plus que ne lui appartenait Charlie-hebdo, à des gens incapables de créer un titre original et d'en prendre le risque. […]"

Il n'y aura que 4 numéros…

Les 15 numéros 1 de Hara-kiri, par Cyril Bosc

Août – décembre 1997 : Hara-kiri, journal intelligent et drôle (sic !)

3 numéros (mensuel ?!). Ne sachant comment décrire cet OVNI, je recopie la réaction de Cavanna dans Charlie-hebdo n°268 du 6 août 1997 : "Ça devient une tradition. Comme l'année dernière, je dois vous mettre en garde contre la parution d'une contrefaçon de Hara-kiri, qui n'est même pas un plagiat mais qui ressemble à une escroquerie pure et simple. Je ne sais qui est ce Michel Buh qui s'affirme "directeur de publication", mais je puis vous prédire que son torchon, complétement vide, n'a rien à voir avec ce que fut Hara-kiri ni avec personne de ce que fut son équipe. […] Il faudra bien que je me décide à tirer la chose au clair."
Tout est dit.

Les 15 numéros 1 de Hara-kiri, par Cyril Bosc

Mars – juin 2000 Hara-Kiri

4 numéros (mensuel). Nous devons cette dernière tentative, un peu sérieuse, à André Bercoff accompagné de… Bernard Tapie ! Le Professeur Choron a été un temps sollicité, mais il explique, dans une interview au magazine BoDoï en mai 2000, que Bercoff ne lui laissait pas la place souhaitée pour les artistes qui devait l'accompagner (Nabe, Berroyer, Vuillemin, Placid,…). Choron, sentant que sa présence n'était là que comme prétexte, ne participa finalement pas.

La revue présente une belle qualité de réalisation sur la forme. Pour le fond, on pourrait imaginer ce que donnerait le Nouvel Obs imitant Libération qui imiterait Hara-kiri. Des textes pas drôles sur des sujets inintéressants mais avec quelques jeux de mots, pas ou très peu de dessins, ou alors, piochés sur internet (dont Charb !). Les quelques planches de Babouse ou les illustrations de Muzo surnagent difficilement.

Cavanna réagit cette fois par la voie judiciaire pour récupérer la propriété du titre. Procédure, appel, le titre sort. Le 8 mars 2000, dans Charlie-hebdo n°403, Cavanna revient sur une demi-page à la place de l'édito sur l'histoire d'Hara-kiri et les raisons qui le motivent pour en interdire l'usage. "[…] Hara-kiri au niveau des Grosses Têtes… Merde ! Cette fois, les gars me disent : "On ne se laisse plus faire ! On n'a pas donné nos plus belles années, notre enthousiasme, notre talent, nos nuits, nos dimanches, notre vache enragée, pour faire flamboyer un titre qui, maintenant, ramassé dans le caniveau par des faiseurs de fric sans scrupule, va faire dire au jeunes : "C'était ÇA, Hara-kiri ? Cette merde ?" […]"

Bercoff répondra dans le numéro 2 en accusant Cavanna d'avoir volontairement laissé le titre Hara-kiri en déserrance pour qu'il ne paraisse plus.
Le même Bercoff annonçait dans le numéro 1 vouloir faire un magazine pour "[décoder] les petits et grands systèmes qui nous gouvernent, nous gèrent et nous digèrent." Tordant, non ?

Les 15 numéros 1 de Hara-kiri, par Cyril Bosc

Avril 2002 Charlie Hebdo Hara-Kiri

Bandeau du n°515 du 30 avril 2002. Cavanna explique dans le numéro suivant que "la justice vient de reconnaitre [sa] paternité sur ces deux titres" et il est décidé de les "réunir" pour éviter toute utilisation par d'autres.
Le titre Hara-kiri sera présent en première page de Charlie-hebdo quelques numéros (jusqu'au 524 – juillet 2002) puis en quatrième de couverture jusqu'en janvier 2011 (n°971).

Les 15 numéros 1 de Hara-kiri, par Cyril Bosc

Juillet 2010 : Hors-série Charlie Hebdo / Hara kiri

1 numéro. Charlie-hebdo a déjà publié 26 hors-séries quand en juillet 2010 sort ce "spécial été". La numérotation repart au numéro 1.
Réalisé à l'initiative de Riss, avec la participation de toute l'équipe, ce magazine rappelle vraiment le Hara-kiri des débuts (remis au gout du jour). Cela donne une brochure de très bonne qualité avec des textes, des mini romans-photos, des photos parlantes, des planches de BD, des fausses pubs,…

Je fus donc surpris de lire dans le numéro suivant de l'hebdo (n°942) Cavanna déclarant qu'il n'avait pas été informé de la réalisation de ce hors-série et qu'il protestait contre l'utilisation du titre "Hara-kiri" et du logo. Pour réponse, Charb évoque une incompréhension maladroite entre Riss et Cavanna quant au projet. Il rappelle également que l'utilisation du titre Hara-kiri permet justement la protection des droits de Cavanna et conclue ainsi : "C'est dans un contexte économique et sarkozyste difficile que l'équipe se bat toutes les semaines pour continuer de faire exister en se marrant un journal libre et indépendant. […]".

De l'extérieur, je n'ai pas tous les tenants et aboutissants, mais il me parait évident que Charb et Riss voulaient utiliser le titre Hara-kiri pour faire des hors-séries se rapprochant de l'humour "bête et méchant" avec l'idée, l'envie et le besoin de faire face aux difficultés financières laissées par Philippe Val. Qui d'autres que cette équipe, et menée par ces deux-là, pouvait être plus légitime ? Dommage, cet essai était une réussite.
Le titre n'a plus été utilisé depuis… en France.

Harakiri n°1 – mai 2011

Harakiri n°1 – mai 2011

Mai – juin 2011 et Août 2012 : Harakiri en Turquie

3 numéros (mensuel). Ci-dessus, Harakiri n°1 – mai 2011. Les rares infos dont je dispose viennent d'un article sur Actuabd.com (http://www.actuabd.com/Vie-et-mort-du-Hara-Kiri-turc). Tuncay Agkün, l'éditeur, n'est pas un inconnu de Charlie-hebdo. Dès 2002, une double page, dans le n°508, présentait LeMan (dont Agkün est le co-fondateur) comme "la petite sœur turque de Charlie-hebdo. En 2005, Charlie-hebdo (n°690) publie également une interview de Ramizé, dessinatrice et compagne de Agkün.
En mars 2003, LeMan sortira un très beau et très touchant numéro en hommage à Charlie-hebdo en général et à Wolinski en particulier.
Cette revue contient textes, BD, brèves, dessins d'humour. Mais rédigé en turc, j'ai un peu de mal à en apprécier le contenu… Le numéro 1 est interdit à l'affichage par la commission de censure du gouvernement. La revue se saborde au deuxième numéro. Un troisième et ultime (?) numéro paraitra tout de même à l'été 2003.

Conclusion

Ayant découvert la version turque de Hara-kiri en décembre 2014 alors que je croyais avoir fait le tour de l'existant, je suis moins péremptoire quant à l'exhaustivité de cette série.
Toutefois, depuis le jugement de 2002, et surtout depuis la disparition de Cavanna, ses ayant-droits semblent très attentifs à faire respecter sa volonté de ne pas voir réutiliser un titre qui correspondait à une période et un état d'esprit difficile, voire impossible à reproduire maintenant.
L'époque n'est plus la même, il est donc logique de s'exprimer différemment, donc avec un autre titre…

Depuis le 7 janvier 2015 et la disparition tragique de Cabu et Wolinski, il ne reste plus que trois participants réguliers du Hara-kiri des années 60 : Willem, Delfeil et Ton, et, le plus ancien, Melvin Van Peebles qui a pris une autre voie que la presse.

Petite bibliographie très subjective

- Hara-kiri de 1960 à 1970, un journal d'avant-garde, Stéphane Mazurier, 2006, Histoires littéraires n°26 (disponible sur ce site)
- Bête, méchant et hebdomadaire, une histoire de Charlie Hebdo (1969-1982), Stéphane Mazurier, 2009, Buchet-Chastel
- "La Grosse Bertha 1991-1993", entretien avec François Forcadell, mars 2015, dBD hors-série n°14
- "On tue à chaque page !", la loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse, coordonné par Thierry Crépin et Thierry Groensteen, 1999, Éditions du temps.

Merci à Hubert Beaubois pour sa relecture et pour son autorisation de récupérer les photos de couvertures sur son site (www.harakiri-choron.com)

Cyril Bosc, mai 2015
Amateur et collectionneur de presse satirique


PS : J'en profite pour passer une annonce : je suis à la recherche des n°3 et 4 de Hara-kiri d'octobre 1996 et du n°2 de septembre 1997… à un tarif raisonnable !

Tag(s) : #Presse "satirique"