9782357660106.jpg

 

Une nouveauté : Les Sarkozy gèrent la France par Luz, aux éditions Les Echappés...

 

Depuis le premier d’entre eux, Louis-Napoléon Bonaparte, les présidents de la République française ont suscité la férocité des dessinateurs, que leur pouvoir relève de la représentation ou au contraire se révèle tout à fait effectif.

Après 1881 et la loi sur la liberté de la presse, le crayon s’en donne à cœur joie, le crayon réactionnaire d’abord, puis également d’extrême gauche, pour flétrir les chefs d’Etats issus des rangs opportunistes puis radicaux. Le début du XXe siècle voit également éclore un genre particulier, dans le champ de la bande dessinée, le « strip » qui, en quelques vignettes, raconte une histoire, en général terminée par une chute édifiante ou amusante.

Un siècle plus tard, la bande dessinée satirique et politique semble avoir rencontré un bel écho dans le public. Nicolas Sarkozy fait l’objet d’une pléthore d’ouvrages de ce genre, dont ce dernier de Luz, qui réunit les strips de la série « Les Sarkozy gèrent la France » publiés d’abord dans Charlie Hebdo.

L’exercice consiste à mettre en boite le président de la République en 8 vignettes successives, dont la première forme le titre du strip. Contrairement aux dessins de la Belle Epoque qui ridiculisaient la fonction ou attaquaient violemment les idées, la satire actuelle demeure vivement intéressée par les questions personnelles et triviales. Il s’agit bien de permettre au lecteur de pénétrer de manière symbolique l’intimité de notre président kangourou qui saute d’une télé à l’autre, d’un déplacement à l’autre, d’une réforme à une autre. Ainsi le dessinateur imagine-t-il Sarkozy utilisant sa Wii, sirotant sa Red Bull, s’époumonant en famille, au lit avec Carla, en maillot de bain sur la plage, son téléphone portable toujours en main, etc., toutes situations totalement impensables autour de 1900. Luz met en scène les angoisses et les travers de ce personnage dont la petite taille (qui induit une petitesse morale) et l’amour frénétique des Rolex, sont sans cesse rappelés. Le personnage, totalement décomplexé, se montre vulgaire, pervers, orgueilleux, fielleux, revanchard, angoissé, etc., et finalement totalement ridicule, tel qu’on l’imagine sans difficulté, au-delà de son image médiatiques sans cesse changeante.

Avec ce recueil parfois hilarant au dessin nerveux et expressif, le lecteur revivra les polémiques et les petites phrases qui ont émaillé le début de mandat de Sarkozy, en regrettant peut-être que finalement, le fond réel de sa politique ne soit jamais qu’effleuré.

 

Le 6 avril 2009

 

Haut de page

 

Autres présentations d'ouvrages

 

Accueil

 

 

Tag(s) : #Comptes-rendus recueils